Le Syndrome de déficit de Nature

L'univers de Bébé

Reconnecter les bébés à la nature : essentiel pour leur éveil

Nous y sommes : bébé est arrivé. Il est présent, il grandit, s’éveille doucement. Et vous vous demandez sans doute comment vous allez pouvoir faire pour l’aider au mieux dans le développement de sa petite personne.

 

Notre idée ? Vous faciliter la vie, et vous aider à reconnecter votre bébé à la nature, à une époque où il serait parfois plus facile de le mettre devant une tablette ou un dessin animé… Cette même époque où il a été observé un « Syndrome du manque de nature ». C’est le constat que font certains chercheurs : les enfants passent moins de temps à l’extérieur, du fait des peurs parentales relayées dans les médias, d’un manque d’espaces verts résultant de l’urbanisation, ou encore de la surexposition aux écrans.

Ce syndrome n’est pas officiellement reconnu médicalement comme un trouble mental, pourtant des preuves ont été rassemblées aux Etats-Unis et les chiffres sont quelque peu inquiétants :

Les enfants américains passent entre 40h et 65 heures par semaine devant les écrans.
Moins de 1 enfant sur 5 va à l’école à pieds. 
L’obésité enfantine est passée de 4% en 1960 à 20% dans les années 2000. 
Seuls 6% des enfants âgés de 9 à 13 ans jouent dehors par semaine*

 En France, en moyenne, par semaine, les enfants de 1 à 6 ans passent 4h37 sur internet **

*Chiffres issus de l’essai de Richard Louv « Last child in the wood » après une enquête menée aux Etats-Unis en 2005.

**Etude IPSOS 2017

Lorsqu’on apprend en faisant glisser ses doigts sur l’écran, des troubles du comportement s’installent : peu de force dans les mains, retard sur l’acquisition de la marche ou du langage, décontextualisation des réponses.

Anne-Lise Ducanda donne de nombreux exemples dont celui d’enfants qui ont appris à compter sur des applications, y compris en anglais mais qui, quand on leur demande deux crayons, ne vont pas comprendre car ils n’ont pas saisi que « deux » pouvait correspondre à deux choses, ou, lorsqu’un camarade est habillé en bleu avec des chaussures bleues et qu’on demande à l’un d’eux « A qui sont les chaussures ? » il va répondre « Bleu ».  


Le langage est indispensable pour apprendre à lire. Les stimulations d’écrans ne permettent pas de développer des connexions de la motricité fine (prendre un crayon dans les mains par exemple) que les parents qui interagissent avec leurs enfants créent.
Si les tout-petits passent trop de temps devant une tablette ou une télévision, le calcul est vite fait quand on sait qu’avant 6 mois, les bébés ont entre 6 et 7 heures d’éveil par jour. Il ne s’agit pas d’être technophobe mais de rester dans la modération afin que l’adulte demeure une référence pour l’enfant.

Le virtuel est rentré trop vite dans nos vies pour que nous en mesurions les répercussions et complique la tâche éducative en même temps qu’il la simplifie. Passer du plein écran au plein air est plus ou moins difficile, car aucun parent n’est pareil, mais le fait d’essayer vous montrera des bénéfices tout à fait notables, à court et à long termes et un jour vous serez remercié d’avoir été un « passeur de nature », soyez-en sûr.

De 0 à 6 mois

Votre bébé est là, et grandit vite. Entre 0 et 6 mois, il est très réceptif à vos moindres faits et gestes, il développe ses capacités sensorielles et il regarde partout.

C’est l’âge idéal pour commencer à partager avec lui les différents bruits, les bouquets d’odeurs, les nouvelles sensations (faîtes-lui goûter pour la première fois du citron et vous verrez), mais aussi pour le promener dès que vous en avez l’occasion.

Poussettes ou porte-bébé, tout est prétexte à une petite marche. Non seulement, cela participe grandement à développer ses défenses immunitaires, mais ça lui permet également de découvrir le monde qui l’entoure. Plus vous le baladerez, plus il s’y habituera et ne pleurera pas en voyage ou au restaurant.

De 6 à 12 mois

Probablement, votre bébé arrive maintenant à vous interpeller et attirer votre attention. Il rampe puis apprend à se mettre debout et à se déplacer par terre : quelque chose qu’il adore tout particulièrement !

N’hésitez donc pas à jouer avec lui en l’aidant un peu : allez au parc ou dans la forêt et tenez-le par les mains pendant qu’il marche qu’il découvre, si vous vivez en appartement, la sensation de l’herbe sous les petons.Une activité qui parait anodine mais qui sensibilise la voute plantaire en l’habituant à l’humidité ou à la chaleur, au doux et à l’agréable.

Une activité d’éveil assez amusante ? Remplissez deux bols : un d’eau froide, l’autre d’eau tiède, et observez ses réactions, l’eau a un effet très calmant sur votre bébé, et mobilise son attention (nous le constatons lorsqu’il prend son bain !)

De 12 mois à plus

Et voilà : bébé commence à marcher ! S’il a suffisamment d’équilibre, essayez de construire un parcours pieds nus : en disposant des bassines comme un chemin et en variant les matériaux à l’intérieur (coton, sable, galets, feuilles, plumes, eau, etc.), demandez-lui ce qu’il ressent à chaque fois afin qu’il verbalise et extériorise ses impressions selon son âge.


C’est aussi le moment de lui lire des livres avant de se coucher ou à l’ombre d’un arbre : des histoires de dragon et autres mondes imaginaires, mais aussi d’animaux. Les imagiers sonores sont d’excellents prolongements de ce que vous entendez dehors et permettent aussi d’écouter des sons de la nature pas toujours visibles à proximité (vous ne tombez pas souvent sur un éléphant…).


A partir de 2 ans, votre enfant pourra participer à cet atelier en reconnaissant les bruits ou les images, quand il sera assez à l’aise, tentez d’échanger les rôles afin qu’il vous fasse devinez ce qu’il a sous les yeux. Cela permettra à bébé de s’entraîner à l’apprentissage de la lecture. Autre astuce pour éviter les écrans : il existe des CD de lecture (« Ecoutez lire ») qui captivent littéralement les enfants lorsque vous n’avez pas le temps de lui lire une histoire vous-mêmes et ce, sans négliger l’imagination.

La nature pour éveiller bébé

Mais alors plus concrètement, que peut-on faire pour réellement éveiller bébé à la nature qui l’entoure ? Munissez-vous d’un petit pot en verre, mettez-y de la terre ou un coton imbibé, et des graines de lentilles.
Plus tard, si vous avez une parcelle de verdure ou un jardin communautaire à proximité, apprenez-lui le nom de fruits et légumes en lui faisant goûter de tout puis racontez lui l’histoire du cycle de vie d’une plante. Vous pourrez ainsi le laisser semer, planter et arroser les graines, pour cueillir ou récolter le fruit de votre travail commun, un bel apprentissage de ce qu’est la patience !

De même, lorsque votre enfant sera juste assez grand pour lui enfiler de petites bottes de pluie, n’hésitez pas à aller vous promener. Il verra qu’il n’a pas à avoir peur et sentira les gouttes qui tombent dans ses mains pour ensuite sauter gaiment dans les flaques, nous avons tous aimé ça au fond…
Ne tremblez pas devant les tâches ni les microbes, les jeunes jouent moins dehors justement à cause de cette crainte de l’extérieur, de l’autre et du mythe du risque zéro. Se salir n’a jamais fait de mal à personne, cela aura même de nombreux bienfaits sur la santé des enfants car la flore microbienne, au sein des environnements naturels, n’est certainement pas la même que celle de nos habitations modernes !

Pas de stress, votre enfant n’a pas besoin de connaître le nom des arbres et de chaque fleur, pour se rapprocher de la nature. Il faut tout simplement la rendre accessible aux enfants, les emmener, leur montrer, mais aussi de leur donner envie de la connaître, de leur expliquer des choses simples et essentielles comme les cycles et la place de l’homme dans ceux-là.
La curiosité aiguisée des tout-petits nous permet de saisir chaque occasion pour les émerveiller, et peut-être en retirer du bonheur nous aussi.