Soins cosmétiques : décrypter la liste INCI des ingrédients

Klorane Decrypt

Devenez incollable sur la composition de vos produits cosmétiques en apprenant à lire leur liste d’ingrédients.

Entre noms latins et noms anglais, l’indication des ingrédients au dos de nos produits cosmétiques, appelée liste INCI, a été rendue obligatoire pour renseigner les consommateurs mais reste obscur lorsqu’on n’est pas initié à ses règles. Le Dr Céline Couteau, docteur en pharmacie, co-auteur du blog Regards sur les cosmétiques nous aide à la décrypter. 

Aqua, sodium laureth sulfate, avena sativa kernel extract… Voici quelques-uns des ingrédients figurant sur l’emballage du shampooing extra-doux au lait d’avoine de Klorane. Pourquoi ces noms en apparence compliqués ? Ils correspondent à la nomenclature INCI, définie il y a bientôt 50 ans ! Quelles appellations et quel ordre de présentation doit on respecter lorsque l’on établit la liste ?

La liste INCI, un langage cosmétique universel 

Les produits cosmétiques sont de grands voyageurs qui s’exportent partout dans le monde, ce qui nécessite de rendre compréhensible leur composition dans tous les pays où ils se trouvent, et de garantir leur qualité avec un langage universel.

En 1973, une association américaine a créé l’International Nomenclature of Cosmetic Ingredients (INCI), afin de désigner chaque matière première (ou ingrédient) d’un nom identique quelle que soit le pays dans lequel le consommateur achète un produit. Depuis 1998, il est obligatoire en Europe de faire figurer cette liste sur les emballages en utilisant cette nomenclature INCI, strictement réglementée.

La plupart des ingrédients sont désignés par leur nom anglais, et les extraits de plante par leur nom latin, en précisant parfois la partie utilisée (racine, feuille, etc.) avec le mot anglais correspondant. Les colorants sont désignés par le « Colour Index », un numéro à cinq chiffres.

Une présentation des ingrédients par ordre d’importance

Comme pour un générique de film, les ingrédients sont présentés par ordre d’importance, du plus important au moins important du point de vue quantitatif. Les shampooings, émulsions, lotions… qui renferment naturellement un pourcentage élevé d’eau commencent donc souvent par le terme « aqua » (eau, en latin). Les ingrédients qui représentent moins de 1% de la formule peuvent figurer dans un ordre aléatoire, mais toujours en fin de liste, après ceux qui représentent plus de 1%.

Contrairement au générique de film on peut, tout à fait, apparaitre en fin de générique (c’est-à-dire à la fin de la liste INCI) et être la star. Une faible quantité ne signifie pas pour autant absence d’efficacité. On peut être nécessaire à la formule et développer ses capacités à un pourcentage très faible. Les actifs, comme les extraits de plante chez Klorane, sont souvent efficaces à très faible dose : c’est pourquoi ils n’apparaissent pas en premier dans la formule. Certains, comme le bisalobol, un actif apaisant extrait de la matricaire, sont efficaces à très faible dose : 0,1% suffit pour observer un effet sur la peau ou les cheveux.

Comprendre les familles d’ingrédients cosmétiques

Il n’y a pas à proprement parler de nomenclature simple. Il peut être tentant de se fier à la terminaison en ONE, ANE, ETH etc… pour déterminer si un ingrédient est bon pour moi ou non, ou quelle sera son action. La réalité est plus complexe que cela. Par exemple, le sorbitol est un humectant/hydratant qui retient l'eau dans la formule et dans la peau, et le bisabolol, qui se termine lui aussi en -olun actif apaisant qui permet de calmer les phénomènes d'irritation cutanée.

De la même façon, l’acide hyaluronique est un agent hydratant et cicatrisant, alors que l’acide citrique sert à adapter le pH d’une formule.

Mieux vaut donc se fier aux fiches explicatives fournis avec les produits qu’à des « traductions » aléatoires de liste d’ingrédients chinées sur Internet.

Même si vous ne maîtrisez pas sur le bout des doigts la nomenclature de l’INCI, certains contresens simples peuvent être évités. Par exemple, certains emballages de shampooings portent la mention « sans sulfates ». Elle ne veut rien dire car les shampooings ne contiennent pas de sulfates, mais des tensioactifs sulfatés. Selon celui qui a été choisi, le shampooing sera plus ou moins bien toléré par votre peau. Par exemple, le lauryl sulfate de sodium (soit en langage INCI : sodium lauryl sulfate) est à éviter, tandis que le laureth sulfate de sodium (soit en langage INCI : sodium laureth sulfate) est à privilégier.

Vrai ou Faux ?

Vous avez compris le principe ? Testez vos connaissances avec ce petit vrai / faux :

1 – Tous les ingrédients qui composent un produit cosmétique figurent sur son emballage par quantité décroissante.
VRAI. La liste INCI commence par les plus importants, et autorise à choisir l’ordre de présentation pour les ingrédients présents à moins de 1%.

2 – On peut juger de la qualité d’un ingrédient grâce à la terminaison de son nom.
FAUX. Chaque ingrédient a ses propres spécificités, la terminaison ne suffit pas à savoir à quelle famille il appartient. Il peut également servir à différentes choses dans la formulation d’un produit cosmétique. 

3 – Les ingrédients en fin de liste sont moins importants que les premiers.
VRAI et FAUX. Certains ingrédients, comme l’acide citrique (en INCI : citric acid) sont actifs même à très faibles doses. Leur valeur maximale est soit règlementée, soit déterminée en fonction de leur efficacité.

À RETENIR POUR COMPRENDRE LA LISTE INCI :

  • Elle figure sur tous les emballages externes de produits cosmétiques européens depuis 1998.
  • Elle répond à une nomenclature strictement règlementée qui permet de dialoguer d’un pays à un autre grâce à un langage commun.
  • Elle utilise l’anglais et le latin comme langues universelles.
  • Les ingrédients sont classés par ordre de quantité dans la formule. En deçà de 1%, ils peuvent être en ordre aléatoire ou choisi par le fabricant.