kl_mag_change_my-herbarium_cornflower-centaury_visual_header

My herbarium Le bleuet, la petite centaurée dont on aime s’entourer

Elles sont tout autour de nous, elles nous accompagnent depuis notre enfance, elles sont dans nos produits ou dans nos assiettes. Éva Dumaine, botaniste, nous raconte les plantes à sa façon. Et des actifs naturels exceptionnels.

Impossible de penser au bleuet sans m’imaginer de grands champs fleuris à flanc de montagne… et dire qu’on a bien failli voir complètement disparaitre sa jolie petite tête de nos prairies. Le bleuet c’est un peu comme s’il avait toujours fait partie de notre imaginaire. Peut-être parce que ma grand-mère nous en cousait un en tissu à la boutonnière chaque 11 novembre pour honorer les anciens combattants ? Ou parce que sa frêle allure pointait le bout de son nez à sa guise dans les champs de mon enfance sans y avoir été invitée ? En tout cas, il est bien de retour, sauvage ou cultivé, et on n’a pas fini de le mettre à l’honneur !

  • <span class="ezstring-field">KL_FACE CARE_CORNFLOWER_picture_Field_2020 367*460</span>
  • <span class="ezstring-field">KL_cornflower_centaury_2021_Fields_active_ingredient367*460</span>
  • <span class="ezstring-field">KL_cornflower_centaury_2021_Fields_active_ingredient 367*460</span>

Quand on parle de bleuet de côté-ci de l’Atlantique, on fait en fait référence à Cyanus segetum, une petite plante herbacée de la famille des Astéracées que l’on retrouve aussi sous le nom de Centaurea cyanus, ce qui peut prêter à confusion ! Nos cousins canadiens, eux, ont résolu le problème et l’appellent Centaurée bleuet, comme ça tout le monde est content. Le bleuet de nos champs est une plante messicole, c’est-à-dire qu’elle pousse de préférence au milieu des céréales d’hiver comme l’orge, le blé ou l’avoine. Ces plantes pourtant essentielles à la bonne santé des cultures se font de plus en plus rares après avoir longtemps été considérées comme des mauvaises herbes et chassées à coup de désherbant. Le bleuet revient donc de loin !

Deux noms, mille usages

Historiquement, l'hydrolat, c’est-à-dire sa décoction, était prescrite en collyre en cas d'irritation des yeux et des paupières et pour lutter contre la conjonctivite. On l’a donc affublé du petit surnom de « casse-lunettes » ! Mignon, hein ? L’eau de bleuet est aussi réputée pour les inflammations de la peau et des muqueuses, ou en cosmétique comme démaquillant pour les yeux du fait de sa douceur naturelle.

Chez Klorane, grâce à une culture maison 100% bio réalisée sur nos terres du Tarn et à un procédé d’extraction vert, nous avons fait du bleuet l’élément phare de deux gammes : l’une dédiée aux soins des yeux, et l’autre, sous l’appellation Centaurée, au déjaunissement des cheveux. Car oui, il n’y a pas que sur les gâteaux des chefs pâtissiers que ses jolies couleurs se rendent utiles ! Son pigment unique bleu-violet permet de neutraliser les reflets jaunes sur les cheveux gris, blancs ou blonds platines. Un vrai petit trésor celui-là !

Dans la même gamme

CULTE
Démaquillant yeux au Bleuet BIO

Bleuet Visage

Démaquillant yeux au Bleuet BIO

Démaquille, apaise

Bain d’Hydratation Nuit au Bleuet BIO

Bleuet Visage

Bain d’Hydratation Nuit au Bleuet BIO

Régénère, hydrate, repulpe

CULTE
Patchs yeux lissants et défatigants au Bleuet BIO

Bleuet Visage

Patchs yeux lissants et défatigants au Bleuet BIO

Hydrate, décongestionne, défatigue

Crème pureté à la Menthe aquatique BIO

Menthe aquatique Visage

Crème pureté à la Menthe aquatique BIO

Hydrate, matifie, purifie